La Tour sur Orb

Boussagues

Une nouvelle vie pour le château médiéval

Boussagues, hameau de La Tour-sur-Orb, semble n'avoir pas changé depuis le Moyen Age. Tout en haut, se découpe l'impressionnante silhouette du Castellas. La forteresse attend l'arrêté de péril qui la fera abattre. Comme bien d'autres monuments militaires du Moyen Age, le Castellas de Boussagues a perdu sa raison d'être depuis plusieurs siècles et a servi de "stock de pierres" pour d'autres constructions.

Pendant ce temps-là, à Paris, Marie Haour et Olivier Franck feuillettent le journal de petites annonces par lequel ils tentent de vendre leur voiture. Dans le coin d'une page, ils voient la photo du castellas. La voiture ne sera pas vendue mais eux achètent la ruine. Une visite a suffi pour les décider.

Le coup de coeur:
"On a ressenti une grande émotion en entrant dans ce bâtiment conservé "dans son jus "depuis le XVI siècle. "Un coup de folie aussi. Vu l'état, ils ne peu vent pas espérer pendre la crémaillère avant 10 ou 15 ans. " C'est un projet instinctif. Si on y avait réfléchi froidement, on ne se serait jamais lancés dans une aventure aussi démesurée". Car il ne s'agit pas de restaurer un petit mazet des garrigues mais de remettre d'aplomb une forteresse dont la muraille culmine à 15 mètres et de la transformer en habitation confortable pour le couple et ses trois enfants. Depuis ce jour de 2001 où ils ont signé l'acte de vente, Marie et Olivier ont connu plusieurs moments de découragement. Mais l'avancée des travaux - menés par l'architecte montpelliérain Laurent Dufoix et le maçon Jean-Michel Panafleu - permet à l'idée de prendre forme peu à peu. Un défi plus qu'une idée : garder l'aspect ruine à l'extérieur et concevoir un intérieur complètement contemporain ou se mêleront métal, verre et béton. "On ne veut pas faire du "faux-ancien". L'architecture intérieure très épurée se mariera bien avec l'austérité médiévale". Ce projet très original est approuvé par l'architecte des Bâtiments de France et la Direction régionale des affaires culturelles. Le Département de l'Hérault a octroyé une subvention de 30.000 euros pour la restauration de la façade. Cette aide s'établit dans le cadre d'une convention qui permettra l'ouverture du site au public, au moins une fois par an. Mais il faudra s'armer encore d'un peu de patience avant d'être invité à constater la renaissance du Castellas de Boussagues.

SOS patrimoine en danger

Le Conseil général participe à la restauration du patrimoine non-protégé et y consacre 572000 € en 2005. Ce patrimoine est parfois privé et quand le propriétaire n'a pas les moyens de l'entretenir, il finit par disparaître. A travers cette action, l'objectif des élus départementaux est de maintenir ce qui fait le caractère de l'Hérault. Ce peut-être une maison médiévale, un moulin, un portail. Dans le projet de Marie et Olivier, c'est l'originalité de la démarche qui a séduit. " Marier le contemporain au médiéval, transformer une forteresse en maison, c'est donner une nouvelle vie à ce Castellas, souligne Marie Bonnabel, responsable du Patrimoine au Département de l'Hérault. Tout élément patrimonial ne doit pas nécessairement devenir un musée. C'est bien d'imaginer des moyens de le réutiliser.

Renseignements : direction de la culture du Conseil général, tel 04 67 67 64 91

Haut de page